< Développement personnel

Quand le travail vous tue - histoire d'un burn-out et de sa guérison

Quand le travail vous tue - Histoire d'un burn-out et de sa guérison

Aude Selly -

Brigitte Font Le Bret (préface)

Recrutée pour assurer le suivi RH de plusieurs magasins importants, sans véritable formation mais avec une précédente expérience réussie, Aude Selly se retrouve rapidement seule à devoir gérer une multitude de problèmes administratifs, juridiques, relationnels... alors que sa hiérarchie, au siège de l'entreprise, est lointaine et peu concernée.
Animée d'un profond désir de bien faire, d'une véritable ambition pour développer son poste et d'une grande empathie pour les salariés dont elle assure le suivi RH, Aude est rapidement confrontée à un stress considérable et écrasée par sa charge de travail.
Isolée, elle accumule les heures de travail, jour et nuit, week ends compris, développe des pathologies sévères et finit par faire une tentative de suicide. C est grâce à sa famille, des médecins spécialistes et un important travail sur elle-même qu'elle parviendra enfin à se reconstruire.
Préface du Dr Brigitte Font Le Bret

Caractéristiques

Auteur: Aude Selly - Brigitte Font Le Bret (préface)

Rubrique: Développement personnel

14cm x 22cm
128 pages
14.80 € TTC

ISBN: 9782840017554

Partagez sur :

Boutique en ligne :

En stock

14.80 €

Ajouter au panier

Disponible en version numérique :

Chez ces vendeurs

Table des matières

Sommaire

Préface par le Dr Brigitte Font Le Bret

Prologue

Introduction

1. Mon choix de carrière
2. « Houston, on a un problème »
3. A la poursuite de l’Enfer
4. Phénix, renais de tes cendres
5. L’entreprise responsable ?
6. Je suis la somme de tous mes choix

Conclusion

Epilogue
Remerciements

Lire la suite

La presse en parle

"DANS QUAND LE TRAVAIL VOUS TUE, AUDE SELLY POINTE LE TROUBLE DONT SONT VICTIMES UN NOMBRE CROISSANT DE SALARIÉS.
ENQUÊTE SUR UNE TENDANCE QUI SENT LE
SOUFRE.
Par Vincent Coquebert et Raphaëlle Elkrief

A tout juste 30 ans, Aude Selly avait, en surface, une carrière boostée à la caféine à faire pâlir pas mal de working girls en galère. Pourtant. derrière son imperturbable sourire glam et ses tailleurs impeccables, cette consciencieuse responsable RH pour une célèbre marque de sportswear se consumait lentement de l'intérieur au beau milieu de l'open space. Un burn-out que cette jeune Française, martyre du tertiaire, nous décrit par le détail dans un témoignage choc qui sort le 23 mai, "Quand le travail vous tue".
« Ça a commencé par dea reflux gastro-oesophagiens, puis sont arrivées les tumeurs à l'utérus, se rappelle-t-elle pour
Grazia. Mon corps réagissait face aux souffrances que me provoquaient l'isolement, le manque de reconnaissance et les heures sup à la chaîne, mais j'étais dans le déni complet.»
Des émotions mises sous cloche au nom du zèle salarial qui, le jour où Aude a vu le poste qu'elle convoitait se dérober,
ont brutalement rejailli pour se conclure par l'absorption d'une pleine poignée d'anxiolytiques.
/.../
"

Grazia - 23/05/2013

"Ce livre est une mise en garde très utile pour la protection de la santé au travail. On y voit comment le management, sous prétexte d’efficacité, peut perdre son sens et se déshumaniser et comment un salarié consciencieux en arrive à se laisser abîmer.
Dans ce livre Aude Selly décrit avec beaucoup de réalisme ce qui se passe quand, trop investi dans son travail, on dépasse ses limites et qu’on grille ses cartouches. Parce qu’on veut être un bon professionnel, on accepte de faire plus, toujours plus, même si on ne reçoit en retour ni considération, ni reconnaissance. Bien sûr il est normal de vouloir se réaliser dans son travail mais pas au point d’y perdre sa santé ou d’y perdre son âme.
J’ai envie de dire aux dirigeants, aux managers, si vous n’avez pas le temps de lire ce livre, lisez au moins sa conclusion pleine de sagesse pour arrêter de casser des salariés très motivés. Comme Aude Selly le dit très justement : « En ces temps de crise, beaucoup d’entreprises ont une stratégie qui va à l‘inverse de la productivité ».
Dr. Marie-France Hirigoyen
Psychiatre, auteur "le harcèlement moral""
Marie-France Hirigoyen - 16/05/2013

"L'engrenage de l'épuisement professionnel
"Quand le travail vous tue"
Jeune responsable des ressources humaines, Aude Selly raconte sa cruelle expérience du burn out (épuisement professionnel), qui l'a conduite à une tentative de suicide.
Pourtant, tout avait très bien commencé. Recrutée à un poste dont elle rêvait et pour lequel elle s'était préparée, Aude
s'investit pleinement dans son travail et auprès des salariés.
Animée d'une forte conscience professionnelle et d'une véritable ambition pour mener à bien ses missions, elle est rapidement confrontée à un stress énorme et écrasée par la multitude des tâches à effectuer, tandis que sa hiérarchie, au siège de lentreprise, se fait lointaine et peu concernée. D'une écriture fébrile, Aude raconte tout : la pression toujours plus
forte, la charge de travail immense, l'isolement, le manque de sommeil, la prise de poids... Jusquau jour où elle s'effondre littéralement. Dans ce récit à vif, elle cherche à comprendre l'engrenage vers l'épuisement, les responsabilités, les siennes et celles de lentreprise, du
management et de l'organisation du travail.
À 33 ans, elle est toujours en congé de longue maladie, déterminée à se reconstruire et à témoigner des ravages de cette maladie trop souvent ignorée et qui constitue un immense gâchis, à la fois au niveau individuel et collectif.
Un témoignage poignant préfacé par le docteur Brigitte Font Le Bret, psychiatre.
GAËLLE PICUT"
Entreprise Et Carrières - 27/05/2013

"«Je me sens comme une merde, car je n'ai plus rien »
TÉMOIGNAGE. Son livre, Aude l'a «vomi» «Durant six nuits sans sommeil», en novembre dernier. «Pour délier les langues, nous confie-t-elle, éveiller les consciences »
La jeune femme a décidé de le dire tout haut, à visage découvert. Oui, le travail tue. Et elle n'est pas passée loin.
Après avoir lu son livre, "Quand le travail vous lue, histoire d'un burn out", on s'attend à retrouver une femme à terre. Nous sommes surpris de rencontrer une jeune femme qui a
un tel aplomb. Le ton est posé. La voix ne tremble pas. A l'aise dans le dialogue, elle nous parle de tout. De sa tentative de suicide, de son récent internement en hôpital psychiatrique, de ses blessures, «à vie, qui ne guériront jamais».
«Je visais la performance» Car Aude a vécu l'enfer. Et semble le vivre encore. En arrêt maladie depuis un an, elle n'est
toujours pas guérie. Son travail, responsable des ressources
humaines dans une prestigieuse société d'envergure internationale, l'a consumé, doucement, pendant trois ans, «jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien». Dans son livre, puissant et troublant à la fois, elle raconte le terrible engrenage : «C'était le job de mes rêves, se souvient-elle. Mais je voulais aller encore plus haut ». Alors elle ne compte pas ses
heures. Ses premiers problèmes de santé - graves - elle les subit en silence. «En parler aurait été un aveu de faiblesse», explique-t-elle. Les signaux s'accumulent. Nuits blanches, vomissements, douleurs physiques inexpliquées... Aude fait
face et répond «oui, à tout». «Le travail paye toujours», veut-elle croire. Chercher de l'aide ? «Non, je visais la performance», raconte-t-elle, amère. Ce sera finalement le burn out et la tentative de suicide, en mai dernier.
Et à 33 ans, aujourd'hui, sa vie s'est arrêtée, comme en suspens. Et puis il y a la culpabilité et la honte, toujours. «Je m'en veux encore», soupire-t-elle, avant de lâcher : «Je me sens comme une merde, car je n'ai plus rien ».
Si, une nouvelle vocation, « pour changer les choses ». «Je voudrais devenir consultante dans la prévention des risques psycho-sociaux au travail. Maîs avant, ll lui faudra du temps. « Beaucoup. »
Julie Mendel."
Metro - 11/06/2013

"Le témoignage d'une chargée de ressources humaines

Ce livre est le témoignage d'une personne qui a subi un burn out. Il nous conte, dans un langage quasiment parlé, l'histoire d'Aude Selly, passionnée, engagée, ambitieuse, qui, après avoir beaucoup sacrifié pour son entreprise, s'effondre, brisée, épuisée par le travail.

Une spécificité de cet ouvrage est que l'auteure est un cadre des ressources humaines et, au travers de son récit, nous vivons la pression des personnes qui sont en charge de la paye. Si ce livre se lit très vite, il pourrait bien néanmoins nous questionner
sur le bien-être des personnes des ressources humaines, étant
entendu que, selon le vieil adage, les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés.

Bruno Wierzbicki, DRH chez Inna"
Personnel - 01/08/2013

"« Pouvoir déconnecte r»

Q. : Vous êtes l'auteur d'un livre sur le burn-out. Avez-vous le sentiment que la pression du travail déborde de plus en plus sur les vacances ?

Aude Selly : « Les Français sont pris à la gorge de peur de perdre leur emploi dans une société qui cultive le culte de
la performance. Dans un contexte de crise économique, avec un taux de chômage d'un peu moins de ll %, avec les 35 heures, l'employé se sent obligé de s'impliquer, d'abattre une charge de travail importante à l'heure. Le fait d'être au repos est difficile pour les salariés, les vacances qu'ils ont ne leur permettent pas de couper. Ils auront tendance à répondre à des e-mails professionnels pendant les jours de repos par exemple. On constate qu'en dehors de l'activité, ils vont rester connectés à leur travail.»

Q.: Finalement, les Français ne savent pas prendre de vacances ?
Aude Selly : « Le problème rencontré c'est qu'en France l'employeur est le réel décideur en matière de congés. Les employés ne peuvent pas prendre nécessairement leurs vacances au moment où ils en ont besoin. L'employeur peut tout à fait refuser des dates de congés. Du coup, il n'y a pas de liberté totale pour pouvoir se reposer. De nombreux employeurs n'hésitent pas, par exemple, à raccourcir les
dates des congés de leurs employés qui en font la demande au prétexte que les dates choisies par le travailleur ne les arrangeraient pas. Aujourd'hui, les salariés sont pressurisés
par des employeurs satisfaits de voir leurs employés impliqués car les résultats sont là en France. Ce qui compte, ce ne sont finalement pas les vacances mais le travailler mieux. »

Q. : De bonnes vacances vont-elles de pair avec une bonne période de travail ?
Aude selly : « II y a de plus en plus de cas de burn-out, d'épuisement professionnel. L'Éducation nationale en recense près de 15 %. Il faudrait prendre soin des salariés. Certaines entreprises ont pour politique de leur donner de l'espace, de l'attention. Et aujourd'hui ce sont des entreprises qui observent une croissance économique à deux chiffres en pleine période de crise. Le fait de donner la possibilité à un employé de travailler avec un encadrement à l'écoute des tâches des salariés, de se sentir bien, donne des résultats.
Ces mêmes salariés prennent même moins de vacances car ils en ressentent moins le besoin. C'est le stress permanent
et chronique qui épuise les employés. Donc donner la possibilité de travailler mieux, dans de bonnes conditions,
c'est donner la possibilité de donner moins envie de partir en vacances. »"
Paris Normandie - 21/07/2013

"
Ce que vous allez lire est le récit d'un voyage au bout de l'enfer, d'une tentative de suicide et de la reconstruction d'une jeune femme broyée par son quotidien professionnel. A mi-chemin entre l'entreprise et le fait de société, Aude Selly raconte son histoire avec une force et une authenticité renversantes.

/.../

http://www.20minutes.fr/livres/1155191-20130515-quand-travail-tue-histoire-burn-out-guerison-aude-selly-chez-maxima-laurent-mesnil-paris-france /> "
20minutes.fr - 17/07/2013

"Identifier un burn-out
/.../
LE JOUR OÙ TOUT BASCULE
L'épuisement entraîne aussi des pathologies physiques.
Ignorer ces symptômes, c'est prendre le risque, un jour, de voir son cerveau « interdire » au corps de se rendre au travail ou pire, le pousser à accomplir un geste fatal. Ce drame est arrivé à
Aude Selly, jeune cadre dynamique, auteure du livre "Quand le travail vous tue", publié chez Maxima. Laissons-lui le mot de la fin : « On aurait pu m'aider. Mais qui prend le temps de regarder, observer, agir ? J'étais seule, j'étais loin, tout le monde courait.. »
Pour elle, pour vous ou pour les autres, arrêtezvous, repérez les symptômes et agissez s'il le faut !

Gabrielle Louis"
Activ'Assistante - 01/09/2013

"Le burn-out avant, pendant, après
Dossier réalisé par Gregory Tesnier

Jeune trentenaire, Aude Selly a été victime d’un burn out. Elle s’en est sortie. Elle raconte son histoire dans un livre coup de poing publié cette année. Le texte, haché, reflète la férocité des situations vécues et les douleurs ressenties par un corps maltraité – dix-huit kilos en plus, perte du sommeil et de la mémoire, névralgie cervico-brachiale, ulcère – et qui, au final, craque.
Tous les facteurs explicatifs du burn out y sont : l’implication dans son travail au-dessus de la moyenne, comme le manque d’écoute et de «cadrage» de la hiérarchie. L’auteure interpelle le lecteur: «Vous êtes prévenus maintenant. Ce n’est pas un jeu, un terme à la mode…».

"
Entreprise Romande - 11/10/2013

"Burn-out, notre r société est-elle malade ?

Dépression et travail, c'est le thème de la 10e Journée européenne de la dépression, le 21 octobre. Il y a urgence,
car l'épuisement professionnel s'étend à toutes les professions et n'épargne pas les femmes. PAR SOPHIE DJOUDER
Ce poste, Aude en rêvait depuis des mois. A 30 ans, nommée responsable des ressources humaines, la jeune femme se jette corps et âme dans le travail, mais, très vite, croule sous les responsabilités. « Qu'importé, je n'avais pas
le droit à l'erreur. Ce poste, je m'étais battue pour l'avoir », raconte-t-elle. Alors, la jeune cadre ne compte plus ses heures, zappe les pauses déjeuner, s'éternise au bureau, travaille chez elle la nuit, les week-ends... Au fil des semaines, sa santé se dégrade sans qu'elle s'en inquiète :
perte de mémoire, troubles du sommeil, douleurs
musculaires inexpliquées. Jusqu'à ce matin d'octobre 2011, où elle s'effondre littéralement sur le quai de la gare, tétanisée. « J'étais incapable de retrouver le chemin que j'empruntais tous les jours pour aller travailler. »
Et pour cause, Aude vient d'être victime d'un burn-out !
/.../"
Femme Actuelle - 21/10/2013

""Burn-out" : quand le travail épuise...

La travail nuirait-il à la santé ? En tout cas, son abus oui. Le burn-out est un phénomène d'épuisement dû au travail. Ëpuisement moral et physique. Longtemps cantonné à certaines
professions, il en touche d'autres. Il est donc important de savoir ce que recouvre concrètement ce syndrome et comment l'identifier. Avant d'en subir les conséquences, parfois dramatiques...
/.../"
Protection Individuelle Et Collective - 01/10/2013

"Stress, dépression, suicides, cancers, TMS...
QUAND LE TRAVAIL NOUS REND MALADES
Productivisme à outrance, gestion par le stress, culte de la performance.
De plus en plus de salariés souffrent au sein de leur entreprise sans compter ceux qui sont exposés à des produits toxiques et qui meurent en silence

Dossier"
Viva - A Vie Mutualiste - 01/12/2013

"Selon le baromètre du Stress,Stimulus, 36% de femmes et 21% d'hommes travaillent à un niveau de stress mettant leur santé en danger, Stress chronique, stress aigu, burn out perturbent
profondément notre bien-être mais aussi nos fonctions
biologiques,.,, jusqu'à la patholoaie parfois
/.../

Véronique Ozanne"
Côté Santé - 01/01/2014

"L'inquiétante banalisation du dopage des cadres
Le recours aux psychotropes pour faire face au stress se répand dans le monde du travail. Aucun secteur n'est épargné.

par Gaëlle Picut

Aude Selly, responsable RH au sein d'un équipementier sportif a, pendant des années, rempli sans faillir les multiples missions qui lui étaient assignées. Mais il y a deux
ans elle a commencé à prendre des anxiolytiques pour calmer son angoisse de ne pas y arriver et pour retrouver un sommeil devenu capricieux. Cela a marché un temps puis
progressivement elle a ressenti le besoin d augmenter elle-même les doses sans plus de surveillance medicale « j'étais devenue addictive à la sensation de me sentir moins angoissée raconte-t-elle.
Cela a duré plusieurs mois jusqu'au jour où toutes les plaquettes ont été vides. Quelques semaines plus tard c'est le burn out, la tentative de suicide et l'hospitalisation qu'elle a racontés dans son livre "Quand le travail vous tue"."
Le Monde - 09/12/2013

"Travail : Osons nous exprimer
/.../
Quand trop c'est trop, partez!
Il y a vraiment des limites à l'acceptable. Et l'état actuel du marché du travail ne justifie pas tout non plus. Parfois, la
seule issue est de partir avant de craquer.
Dans son ouvrage "Quand le travail vous tue. Histoire d'un burn-out et de sa guérison", paru aux éditions Maxima,
Aude Selly, une jeune femme qui voulait bien faire, raconte qu'elle avait décroché le job de sa vie : responsable RH d'une
belle boutique très classe d'une marque de vêtements très chics. Elle a supporté le bureau placard pas chauffé, l'ordinateur pas assez performant, le silence total de la hiérarchie quand elle rencontrait un problème, en se plaignant poliment tout en se jurant « Je vais tenir ».
Elle a tenu, au péril de son couple, de sa santé (elle a pris 30 kilos à force de manger des sandwiches au-dessus d'Excel), et finalement de sa vie puisqu'elle a fait une tentative de suicide.
Une belle leçon de vie à prendre en compte.

Catherine Siguret"
Questions de Femmes - 01/03/2014

"Burn-out - On peut l'éviter
Une fatigue insurmontable, des douleurs physiques
inexpliquées, une perte de sens au travail., autant de signes
qu'il faut savoir repérer pour mieux les éviter.

Par Alexandra Da Rocha

/.../

Interview d'Aude Selly

Travailleuse acharnée, Aude Selly n'a pas vu venir son burn-out. Aujourd'hui, elle se reconstruit après une tentative de suicide.

Q.: Vous avez fait un burn-out, il y a deux ans, comment ça s'est passé ?
R.: Un mardi matin, dans le train qui me conduisait de Colombes à Paris, j'ai commencé à me sentir très mal. J'avais des sueurs froides, des angoisses et je me suis mise à pleurer. Arrivée à Paris, je suis descendue du train et là, j'étais incapable de mettre un pied devant l'autre. Le trou noir. J'ai attendu un peu et j'ai repris le train en sens inverse. Je me suis retrouvée chez le médecin qui m'a posé un tas de questions et m'a annoncé que je faisais un début de burn-out, qu'il fallait me mettre en arrêt maladie tout de suite si je ne voulais pas craquer complètement six mois plus tard. J'ai
accepté tant bien que mal quinze jours d'arrêt maladie. Neuf mois plus tard, je craquais complètement.
/.../"
Réponse à Tout ! - 01/04/2014

"BURN OUT - Le reconnaître et en guérir
Brûlé, cramé ou consumé par le travail, traduite de l'anglais,
l'expression « burn out » fait peur.
Pierre, Aude et Sonia racontent comment ils en sont arrivés là.
Et comment on peut s'en sortir.
/.../
Aude Selly : 34 ans, ex-responsable ressources humaines
dans une chaîne de magasins internationaux

"Ma souffrance a tout surpassé, mais aujourd'hui je vais bien"
/.../

Véronique Houguet"
Top Santé - 01/06/2014

"/.../
Un témoignage poignant et essentiel.

http://www.afrosomething.com/article/aude-selly-quand-le-travail-vous-tue-histoire-d’un-brun-out… /> "
Afrosomething.com - 17/06/2014

"Se protéger du stress
Travail : Dans un contexte économique difficile, il nous reste une liberté de manoeuvre pour alléger la pression : on peut adopter quelques bons réflexes qui évitent l'épuisement et redonnent sens à notre investissement professionnel

/.../

Par Sophie Péters"
Paris-Normandie - 29/08/2014

"Burn-out
comment l'éviter
Exigences de plus en plus pressantes, obligation de résultats... L'épuisement professionnel touche un nombre croissant d'actifs. Mais la personnalité des victimes joue aussi un rôle. Intransigeantes avec elles-mêmes, elles refusent souvent d'écouter les signaux d'alerte. L'erreur à ne pas commettre.
/.../"
Tribune Santé - 01/12/2014

"Il s'agit ici du récit d'un voyage au bout de l'enfer, d'une
tentative de suicide et de la reconstruction d'une jeune femme broyée par son quotidien professionnel. Cet ouvrage est une mise en garde pour la protection de la santé au travail. On y voit comment le management, sous prétexte d'efficacité, peut perdre son sens et se déshumaniser, et comment un salarié consciencieux en arrive à se laisser abîmer."
ITRNews - 24/11/2014

"Pour atteindre vos objectifs professionnels, vous avez
repoussé vos limites encore et toujours, jusqu'à
l'effondrement. Comprendre le burn-out, s'en protéger et se reconstruire, c'est possible.
À condition de se poser les bonnes questions et de se
faire accompagner.

par Marianne Leclère

"Ambitieuse, j'ai travaillé d'arrache-pied pour ne pas décevoir. Je travaillais de plus en plus dur, mais je ne recevais pas les gratifications attendues. Et le jour où un séminaire m'a été refusé, j'ai craqué. J'ai avalé 15 anxiolytiques. Je voulais en finir. Mais je me suis ressaisie au dernier moment."
Comme Aude Selly, plus de 3 millions d'actifs en France seraient aujourd'hui menacés par le burn out, appelé aussi Syndrome d'épuisement professionnel.
Contrairement à la dépression, qui peut avoir plusieurs causes, le burn-out trouve toujours son origine dans le travail.
/.../"
Essentiel Santé Magazine - 01/12/2014

"Aude Selly, 33 ans, est consultante dans la protection de la sante au travail. Suite à un burn-out, elle est aujourd'hui en congé de longue maladie, déterminée à se reconstruire et à témoigner des ravages de cette maladie méconnue. Ce premier livre écrit dans l'urgence, tel un cri, est un appel aux entreprises et aux salariés pour reconsidérer la vie de toutes les personnes qui travaillent en s'impliquant trop fortement. Elle décrit l'engrenage dans lequel se retrouve le futur candidat au burn-out.
Elle dit : «Salariés zélés, sauvegardez votre santé et
votre vie privée, pour ne pas être victime d'un burn-out».

Interview par Pascale Athuil.

Q. : On a le sentiment que vous avez écrit votre livre très vite. En combien de temps l'avez-vous rédigé ?
R.: En six jours ! J'étais dans un véritable état d'urgence et dans un tel état de souffrance que j'ai écrit en étant submergée par mes pensées, par la culpabilité. Je pensais que j'étais folle. J'ai toujours écrit depuis que je suis jeune, j ai été portée. Je voulais tout retranscrire sur papier pour réaliser que je n'avais pas tout inventé. C'est mon vécu de l'intérieur.
/.../"
Amina - 01/02/2015

"Burn-out «J'ai voulu en finir»
Par Mila-Muriel Rivault
/.../

Aude Selly, ancienne responsable en RH et auteure du livre "Quand le travail vous tue (éditions Maxima), en a fait la cruelle expérience. Elle ne peut eflacer la date de sa tentative de suicide, le 23 mai 2012. Tout a commencé le jour de ses premiers pas dans une entreprise où elle était responsable de plus de 100 salariés. «Je devais m'occuper d'un nouveau logiciel et rattraper le retard de mes prédécesseurs. Ma direction m'avait répété que je n'avais pas droit à
l'erreur. Je me rappelle avoir passé deux nuits blanches lors de ma première semaine.»
Aude se sent également très isolée. «En général, les DRH ont plutôt mauvaise presse», reconnaît-elle. Elle est contrainte d'effectuer des tâches contraires à ses
valeurs, «comme licencier ma supérieure hiérarchique enceinte et voir un gamin de 25 ans prendre sa place». Aude tiendra tout de même six ans à son poste. Elle finit par craquer en apprenant qu'elle n'obtiendra jamais une promotion promise depuis des mois.
Pour se remettre, elle a dû être arrêtée un peu plus d'un an. Un coût aujourd'hui supporté uniquement par la Sécurité sociale, rappelle le docteur Salengro. «Il faut que l'on reconnaisse le burn-out comme maladie professionnelle. Les entreprises seront du coup
amenées à cotiser pour cette maladie : une
excellente façon de les responsabiliser à propos de ce phénomène, qui s'est amplifié ces dernières années avec la crise, la pression financière et la technologie.»"
Metronews - 01/06/2015

"décodage
Burn out: une très timide reconnaissance
Alors que l'Assemblée nationale a admis la
reconnaissance de l'origine professionnelle de
certaines maladies psychiques, elle n'offre pas aux salariés un réel cadre juridique. Explications.
Par: Ingrid Seyman
/.../
« ll faut, arrêter de culpabiliser les salariés »
Aude Selly est passée par toutes les étapes du burn out. En l'espace de quatre ans, cette ex-DRH aura vu sa santé, physique puis mentale, entièrement mise à mal par son activité professionnelle. « À peine six mois après mon embauche, j'ai commencé à cumuler les pépins physiques, problèmes de dos, tendinites, etc. J'ai ignoré tout cela, continué à travailler comme une folle, accumulant les nuits d'insomnie passées au bureau. Puis un jour mon corps a dit stop... et mon cerveau aussi. Cette expérience professionnelle s'est conclue par une tentative de suicide et mon départ
définitif de l'entreprise... seule solution pour sauver ma peau ».
Si cette trentenaire en est arrivée là, c'est - elle en est désormais convaincue - à cause d'une
organisation du travail « qui ne me donnait pas les moyens d'être compétente[...] La charge de travail
qui pesait sur moi n 'était absolument pas en adéquation avec les moyens mis à disposition pour que J'y arrive. Et au lieu d'en vouloir à l'entreprise,
j'étais persuadée que le problème venait de moi, je me pensais nulle, incompétente ».
Aude Selly a tout de même essayé de demander de l'aide : « J'ai réclamé, en vain, une stagiaire, un nouveau logiciel qui me permettrait de traiter plus rapidement les fiches de paye. Mais rien ! Quand j'ai dit que j'étais sur le point de craquer, on m'a juste proposé d'appeler une hotline, en anglais, pour parler à un inconnu ne connaissant absolument rien de
mes conditions de travail ».
Quand elle évoque son burn out, Aude Selly tient à faire passer ce message : « Il faut cesser de faire
culpabiliser les salariés en souffrance car s'ils finissent en burn out c'est justement parce qu'ils
endossent la responsabilité des incompétences de leur hiérarchie. Moi j'ai passé quatre ans à m'en
vouloir de ne pas y arriver au boulot, alors que mes objectifs, étaient, par nature, inaccessibles. Aujourd'hui je sais que la violence que j'ai retournée contre moi, n'était qu'un symptôme de celle subie par moi du fait de mes employeurs. Et je ne me laisserai plus jamais faire.""
Nvo - Nouvelle Vie Ouvrière - 01/06/2015

"Le récit du voyage au bout de l'enfer d'une jeune
femme broyée par son quotidien professionnel et brisée par un burn-out dévastateur. Grâce à sa famille, à des médecins, elle parviendra à se reconstruire."
Maxi - 19/02/2017

"Seul au milieu de tous, le DRH ?

Par Lucie Tanneau

Elle rêvait de ce poste depuis longtemps. Responsable des ressources humaines dans le magasin parisien d'un grand équipementier sportif « C'était un poste généraliste, je touchais a toutes les facettes du métier », raconte Aude Selly. Passionnant mais épuisant et chronophage. Elle demande des embauches qui ne viennent jamais et s'isole. « La direction France et le service ressources humaines
étaient en banlieue, j'étais seule à Paris. Je m'entendais bien avec les managers sur le site, mais mes problèmes administratifs ne les intéressaient pas » Quant aux salariés, « ils me considéraient comme le bras droit de l'employeur, celle qui évalue les gens, qui les licencie. Quand j'allais à la salle de pause, les conversations s'arrêtalent. » Elle perd confiance, mais ne trouve personne à qui parler. Après une tentative de suicide, elle quitte l'entreprise. « Je n'en pouvais plus de sourire aux managers en préparant leur dossier de licenciement, de n'avoir aucune reconnaissance.» Elle est aujourd'hui consultante RH et enchaîne les missions pour ne pas s'enfermer dans un poste. « La solitude et la pression sur le dos du DRH sont trop
fortes, et dans un monde de plus en plus judiciarisé, la position est vraiment inconfortable», résume-t-elle.
/.../
« Tu fais tout ça toute seule ? »
Aude Selly*, ex-RRH d'un grand équipementier sportif, consultante en RH.
La prise de conscience a commencé comme ça.
RRH d'un grand magasin, j'adorais mon métier et ne
comptais pas mes heures. Mais pour les salariés, j'étais le bras droit de l'employeur: en cas de blâme ou de licenciement, je personnifiais la direction... même les syndicats ont demande ma tête !
Je n'étais pas en accord avec toutes les décisions, mais une RRH doit rester loyale. je m'entendais bien avec les managers, mais ils ne connaissent pas le domaine RH: être seule, c'est aussi ne pas être écoutée quand on propose des choses. Je rêvais d'un poste de DRH, aujourd'hui c'est terminé : trop de solitude, trop de pression et trop de risques. »

*Auteur de «Quand le travail vous tue, histoire d'un burn out et de sa guérison» (Ed.Maxima) et anime la page Facebook Burnout, stress, épuisement."
Liaisons Sociales - 01/03/2017