< Enquêtes, essais, romans

L'exception française ! pourquoi ?

L'exception française ! pourquoi ?

Yves Tinard

L'exception française est-elle une excuse pour ne rien changer ou au contraire l'expression d'une réelle spécificité qui préserve notre qualité de vie ?
Ce livre passionnant a été conçu pour aider chacun à se faire une opinion.

Avec beaucoup de talents, l'auteur, Docteur d'État en Économie et Professeur au groupe ESCP-EAP se livre à une véritable enquête sur le sens et l'origine de cette fameuse exception française.

Il apparaît d'abord que l'exception française existe pratiquement dans tous les domaines : politique, économique, culturel… Et l'analyse montre qu'il s'agit dans pratiquement tous les cas d'un refus de la concurrence.

Bien sûr, l'ouvrage ne s'arrête pas là. Yves Tinard démontre dans son livre que l'aversion des Français pour la concurrence n'est pas un phénomène de mode, en réaction à la mondialisation et au libéralisme, mais un élément fondateur de notre identité.

En fait, tirant argument de nombreuses disciplines et nous livrant le fruit de très intéressantes recherches historiques, l'auteur montre que la singularité de notre système de valeurs est l'héritage de 800 ans de particularisme.

Ainsi, si de nos jours la France obéit encore à une logique de fonctionnement et de régulation particulière, c'est bien moins par volonté politique que par une tradition qui dépasse tous les clivages actuels entre gauche et droite.

Caractéristiques

Auteur: Yves Tinard

Rubrique: Enquêtes, essais, romans

16 x 24 cm, Br.
392 pages
29.80 € TTC

ISBN: 2840010364

Partagez sur :

Boutique en ligne :

En stock

29.80 €

Ajouter au panier

Disponible en version numérique :

Chez ces vendeurs

Table des matières

Avant-propos
Introduction

1ère partie - LA SPÉCIFICITÉ FRANCAISE : CONSTAT

1 - L'aversion française à l'égard de la concurrence

- Le mécanisme de la concurrence

Présentation du principe
Marché unique et mondialisation : des facteurs de renforcement de la concurrence

Une majorité de secteurs français tente d'échapper à la concurrence

Le transport ou la peur de la concurrence
Les autres services publics ou le prétexte du service public à la française
La protection sociale ou le rejet de toute concurrence
Le secteur bancaire ou l'exclusion des faillites
L'agriculture ou la préservation de nos racines
La culture ou la survie de notre identité
Le marché du jeu ou le refus étatique de la concurrence
La distribution ou la tentation du commerce administré
Les professions à numerus clausus ou la réticence du privé à la concurrence
La pérennité de certains monopoles ou le poids du passé
Le « secteur public administratif » ou la résistance à la concurrence potentielle

2 - La hiérarchie des acteurs économiques : la logique française

Le refus de la dictature de l'actionnariat

Le triomphe du modèle anglo-saxon
Le cas français

La primauté accordée au salarié au détriment du consommateur

Deux logiques antinomiques ?
La singularité française
L'exemple de la régulation des conflits sociaux dans l'aérien : comparaisons internationales

Le poids de l'État

Les domaines de régulation
Le cas français

2ème partie - LA SINGULARITÉ DE NOTRE SYSTÈME DE VALEURS, HÉRITAGE DE L'HISTOIRE

3 - Un pays sociologiquement catholique ou le poids de l'émotionnel

La querelle « weberienne »

La logique du calvinisme
Critiques et limites de l'approche de Max Weber

La modernité économique du protestantisme versus le passéisme du catholicisme

L'individualisme et la responsabilité
L'ambiguïté du rapport à l'argent
L'autonomie de l'économie par rapport à la religion

Le rigorisme du calvinisme à l'anglo-saxonne

Le mendiant, exclu de compassion
Le chômeur, responsable de son sort
L'inégalité financière, une situation qui ne relève pas du hasard
La liberté de choix, expression de l'individualisme
Un référentiel toujours d'actualité

L'affectivité du catholicisme à la française

De la diabolisation de l'argent à la culpabilisation de la réussite
La défense du petit : l'exemple du commerce
Le principe de la repentance rétrospective

4 - La crainte de la dérogeance ou l'obsession de la noblesse

Le système de valeurs de la noblesse française

Le rapport à l'argent
La référence au temps
La relation au travail
La part du mythe

Le principe de dérogeance

La pertinence du principe
L'évolution du principe
Le respect plus ou moins rigide du principe
La dérogeance dans les pays étrangers

Le référentiel nobiliaire influence-t-il encore la société française ?

La transmission de certains préjugés
De l'attrait des charges et offices à l'appétence pour la fonction publique
La noblesse est-elle responsable des pesantes réglementations actuelles ?
De l'exemption fiscale nobiliaire à la logique du rentier
De la médiocre valorisation des terres par la noblesse au renforcement de l'anti-libéralisme français
Le principe de « distanciation sociale », générateur de division

5 - Les idéaux des Lumières, des idées qui ont toujours cours

Les concepts et principes fondateurs des Lumières

La prédominance de la raison et de l'esprit critique
Une approche universaliste
Une foi rationaliste dans le progrès
La République des Lettres
La France, pays des Lumières

Les réticences aux Lumières dès le XVIIIe siècle

La nature du lien entre les Lumières et la Révolution
La remise en cause de l'abstraction et de l'universalisme
L'empreinte bourgeoise des Lumières
Les Lumières et l'anticléricalisme

L'actualité des Lumières en France

La remise en cause de la philosophie des Lumières par le libéralisme anglo-saxon et par la mondialisation
Y a-t-il actuellement une trahison française des Lumières ?
Y a-t-il une pérennité des Lumières en France ?

Du déclin de l'influence culturelle française à un certain anti-américanisme

L'hégémonie américaine
L'anti-américanisme est-il un phénomène culturel en France ?
L'anti-américanisme est-il une spécificité française ?

3ème partie - LA FRANCE OBÉIT À UNE LOGIQUE DE FONCTIONNEMENT ET DE RÉGULATION PARTICULIÈRE

6 - La pérennité de l'esprit des corporations

La logique du système des corporations sous l'Ancien Régime

Les corporations : un phénomène complexe
Les dysfonctionnements du système des corporations

Le renforcement de la réglementation par Colbert

Les modalités
Les objectifs
Les dysfonctionnements

L'abolition des corporations par la Révolution

La suppression des corporations : une question largement débattue avant 1789
La Révolution, porteuse de la pensée économique libérale

Le retour à la logique corporatiste sous le régime de Vichy

Des restrictions de concurrence antérieures à 1940
L'anti-libéralisme du régime de Vichy
Les caractéristiques du dispositif corporatiste

L'esprit des corporations dans la France contemporaine

Autre époque, même débat ?
La pérennité des querelles de territoire entre professions
Le principe de spécificité sectorielle

7 - Les multiples expressions du centralisme jacobin

La défiance à l'égard d'une autonomie de l'économique par rapport au politique
- La défiance à l'égard de l'individu

La tutelle de l'État a remplacé celle de l'Eglise
La nécessité d'être éclairé et guidé
Les implications du rapport d'autorité affective

La défiance à l'égard du pouvoir local

La centralisation, une lourde tradition française
L'expression institutionnelle de la centralisation

La défiance à l'égard du marché et de la concurrence

L'imaginaire collectif
La France, un pays « culturellement keynésien »

La défiance à l'égard des acteurs économiques et sociaux

L'ambiguïté des rapports avec les syndicats
Une relation tutélaire avec les entreprises
L'État, arbitre entre les acteurs économiques et sociaux
La responsabilité de l'État dans la logique de la défiance
Les limites de l'action réglementaire

La défiance à l'égard de tutelles (ou autorités de régulation) trop indépendantes

L'aérien
La banque
Le téléphone
L'énergie
La distribution
L'audiovisuel

Conclusion

Notes

Lire la suite

La presse en parle

Il n'y a pas encore d'article de presse référencé pour cet ouvrage...