< Enquêtes, essais, romans

La condition d'artiste - regards sur l'art, l'argent et la société

La condition d'artiste - Regards sur l'art, l'argent et la société

Michèle Vessillier-ressi

« Les artistes seuls savent parler aux artistes » disait André Suarès. C'est en suivant ce précepte que Michèle Vessillier-Ressi, auteur elle-même, a mené une enquête exhaustive auprès de 3000 créateurs, auteurs et artistes connus et moins connus, vivant tous de leur art.

Ce livre, auquel s'associent pour la première fois l'ensemble des sociétés d'auteurs, en est le brillant résultat.

Témoignages de créateurs contemporains y côtoient citations des artistes et auteurs célèbres du passé pour dresser le plus complet des portraits jamais réalisé sur ces métiers de rêve.

Malgré un statut légal, social et fiscal « sur mesure », dans la ligne d'une exemplarité culturelle à la française, les réponses reçues révèlent pourtant une réalité quotidienne souvent difficile pour ces professionnels de l'art : quasi-nécessité d'un second métier, relations conflictuelles avec les partenaires et l'Administration, contestation de la politique culturelle.

Dans ce livre, les auteurs et artistes d'aujourd'hui font partager au grand public les préoccupations inhérentes à leur activité de création ainsi que les nouvelles contraintes - notamment technologiques - que subissent leurs métiers à une époque où le traitement de texte a remplacé le stylo, et la palette graphique, le pinceau.

Angoisses existentielles, anecdotes pittoresques, réflexions pertinentes, tour à tour exprimées sur le ton de la révolte et de l'humour, décrivent les rapports des créateurs avec l'art, l'argent et la société. Il en ressort un étonnant recueil de citations et, au-delà, une vision unique et relativement homogène d'une catégorie socioprofessionnelle plutôt caractérisée par l'hétéroclite.

« Toi, par le fait que tu es un écrivain ou un peintre, tu es un mystère social », disait Pierre Mac Orlan. Grâce à ce livre, artistes et écrivains, mais aussi lecteurs de romans, spectateurs de cinéma ou de télévision pourront désormais soulever un coin du voile.

Caractéristiques

Auteur: Michèle Vessillier-ressi

Rubrique: Enquêtes, essais, romans

16 x 24 cm, Br.
384 pages
34.80 € TTC

ISBN: 2840011042

Partagez sur :

Boutique en ligne :

En stock

34.80 €

Ajouter au panier

Disponible en version numérique :

Chez ces vendeurs

Table des matières

Avant-propos : paroles d'auteurs et d'artistes, d'hier et d'aujourd'hui

I. Le créateur vu par le créateur : portrait dans un miroir et place dans la société

état d'âme, état d'être : comment se situer en auteur, en artiste ?

marginalité : mot mode ou mot clé

mal être : thème et variations psychologiques, professionnelles, sociales

solitude : de l'isolement subi à la liberté choisie et l'indépendance revendiquée

privilège : considération sociale, amour du métier, plaisir et passion de créer

utilité sociale : l'anti-marginalité proclamée à divers titres

professionnalisme : de la négation à l'affirmation du métier

autodéfinition : recherche de l'identité professionnelle

ambivalence : le moi qui résume tout

II. La difficulté d'être créateur de métier : peut-on concilier art, marché, technologie ?

art et argent : le conflit est-il de règle ?

l'art pour l'art et l'art pour l'argent : les attitudes extrêmes
- l'art face à l'argent : conflit avoué
- constat le plus général : des métiers difficiles et mal payés
- inégalité, irrégularité, insécurité des revenus : pour une majorité d'économiquement faibles
- les aléas de la conjoncture économique : de la crise au krach
- concurrence étrangère : la vulnérabilité aggravée
- multiples dépendances : face à tous les partenaires professionnels

les exceptions à la règle : quand l'art fait de l'argent

réussites personnelles : pour une œuvre ou une vie
- les « enfants gâtés » du système : des minorités privilégiées

l'exception qui devient la règle : au carrefour des logiques artistique et économique

art commercial et œuvre sur commande : quand le créateur s'adapte au marché
- vers une réconciliation des créateurs avec le système : le conflit résolu !

cas types professionnels : à chacun sa différence

écrivains : dictature des tirages et sentiment fréquent d'exploitation
- auteurs de théâtre : fidèles à un art miraculeusement encore vivant
- traducteurs : mal connus et mal payés, mais très attachés à ce métier
- auteurs et compositeurs de musique : un professionnalisme menacé
- auteurs audiovisuels : création ingrate, parcellisée et sous contrainte
- photographes : difficulté d'être reconnus et payés comme artiste-auteur
- peintres et sculpteurs : les Beaux-Arts exceptionnellement lucratifs
- graphistes et illustrateurs : l'art d'être aussi commercial

cas types démographiques : à chacun son handicap

jeunes : difficile entrée dans la carrière
- femmes : une minorité qui perce malgré tous les obstacles
- chargés de famille : mariage malaisé de la création et de la procréation
- âgés : des activités qui s'exercent bien au-delà de la retraite théorique
- provinciaux : faut-il envier ou renier Paris ?

les parades professionnelles : cumuls des activités et des revenus

le second métier (biprofessionnalisation) : quasi-nécessité pour une majorité de créateurs
- polyvalence (multimédiatisation) : obligation financière ou tentation artistique

médias et informatique en question : la nouvelle donne

toutes les attitudes possibles : selon le naturel du créateur et la nature de la création
- outils plus ou moins utiles : au service de la main, la pensée, la sensibilité irremplaçables
- multiplication des menaces : pièges, dérives et autres dangers parfois mortels
- perspectives intéressantes : débouchés et communication en progrès
- leçon de l'histoire : les médias s'ajoutent aux médias et les arts aux arts

le devenir du métier : faut-il se poser la question ?
demain comme aujourd'hui : avis d'une minorité de créateurs

- lendemains heureux : l'écrit, l'art, l'image plus forts que tout
- avenir sombre : une majorité de créateurs pessimistes face aux divers dangers

pour conclure : l'art de la nuance et le devoir de vigilance

III. Cahier des doléances et suggestions : tous les partenaires concernés

l'éternel combat des auteurs et des artistes : pour le progrès de leur condition

raisons de la méfiance : effets présumés pervers de toute action publique
- choix des attitudes : militer ou s'abstenir, critiquer, louer ou suggérer

l'État législateur :

le statut de créateur
le principe du statut : une fausse question

le contenu du statut : les vrais problèmes

fiscalité : l'éternel malentendu entre une administration parfois maladroite et des contribuables plutôt favorisés

protection sociale : progrès incontestable et reconnu, mais inégal selon les risques et les créateurs

propriété littéraire et artistique : loi française très protectrice, mais application souvent problématique

l'État mécène ou soutien : politique artistique et culturelle
pour ou contre l'action des pouvoirs publics : un vrai débat

formation artistique et enseignement général : peut mieux faire

ateliers d'artiste : oui, mais quels ateliers pour quels artistes ?

musées et lieux d'exposition : le droit d'être vu revendiqué par tous les types d'artistes

dénonciation d'un art officiel : grand classique d'hier et d'aujourd'hui

- politique d'aides et de bourses : souvent insuffisante ou inadéquate
- autres suggestions : plus d'information, d'imagination, de moyens

les partenaires sectoriels : le mariage forcé pour les créateurs

interprètes et metteurs en scène : se servant de l'œuvre au lieu de la servir
- responsables audiovisuels : diffusion, communication, création, victimes de mécanismes pervers
- éditeurs : des relations archaïques ou déshumanisées, et financièrement mauvaises
- marchands et galeristes : le sens du commerce devenu plus fort que le penchant pour l'art
- publicité, presse, industrie : dialogue avec des clients souvent difficiles
- mécènes et agents : ne pas trop attendre d'eux

les confrères : pour le pire et le meilleur

milieu artistique et littéraire : critiques et créateurs sous influence
- faux artistes et amateurs : la concurrence faussée
- sociétés d'auteurs : gestion collective des droits et solidarité professionnelle institutionnalisée
- salons et sociétés d'artistes : toujours en quête de structures viables
- syndicats et associations : formules d'union rares en France

le public : souvent sans talent et sans audace

la société : pour en arriver aux problèmes d'éducation, de démocratie et de civilisation

l'Europe : un projet culturel porteur d'espoir et des lois en progrès

Pour conclure : sur quelques erreurs et quelques vérités

Annexes

I. les professionnels en chiffres
II. sigles et adresses utiles

Index des noms cités
Index thématiques

Lire la suite

La presse en parle

"Ces créateurs qui peinent à joindre les deux bouts.
En vivre ? Tout un art"

Télérama - 15/06/2005